Plans de prévention des risques naturels (PPRN)

La Commune de Saint-Jean-Cap-Ferrat dispose d’un riche patrimoine maritime, forestier, faunistique et floristique.
Ce patrimoine constitue ainsi un véritable atout de promotion de notre territoire et fait de notre presqu’île un environnement particulièrement privilégié pour y vivre. Toutefois, malgré ce cadre exceptionnel, la commune n’est pas à l’abri des risques naturels majeurs. Chaque épisode météorologique un tant soit peu intense vient nous le rappeler car nous sommes dans un milieu particulièrement exposé.
Dans le cadre de la survenance de ces risques, la loi du 22 juillet 1987 relative à l’organisation de la sécurité civile, à la protection de la forêt contre l’incendie et à la prévention des risques majeurs, et la loi du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile, ont donné à la commune un rôle de gestionnaire de proximité des situations de crise grâce au Plan Communal de Sauvegarde (PCS). Cet outil organise de manière efficace l’accompagnement et le soutien à la population Saint-Jeannoise face à une situation d’urgence et de crise.

Un document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) est disponible en téléchargement ou en mairie. Il identifie les risques naturels majeurs qui pourraient impacter notre commune et qui sont au nombre de cinq : les feux de forêts, les inondations, les glissements de terrain, les séismes et les accidents de matière dangereuses. Ils sont détaillés ci-dessous.

Nous vous invitons à prendre connaissance avec attention de ce document mais aussi à le conserver précieusement car il explique le rôle de chacun en cas de crise, les mesures à prendre pour venir en aide à la population (ex. : évacuation des personnes sinistrées, hébergement, restauration). Pour que le DICRIM soit utile et efficace, il faut un véritable engagement et un sens de la responsabilisation des tous les acteurs de la collectivité, des élus, des personnels communaux et surtout des citoyens eux-mêmes.

En adoptant un comportement adéquat, en ayant les bons réflexes, il sera alors possible d’éviter, dans une situation de crise, des drames supplémentaires et peut-être même de sauver des vies.

Inscription à la Télé-Alerte

Notre commune s’est équipée d’un système de télé-alerte qui permet d’avertir ses administrés en cas d’alerte (exemple alerte météo) ou bien de les informer de travaux imminents dans leur rue.

Attention, les données que vous aller renseigner sont uniquement destinées à un usage communal, elles ne seront en aucun cas divulguées ni utilisées à des fins publicitaires.

Pour vous inscrire à la Télé-Alerte

Le DICRIM c'est quoi ?

Le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) est un document réalisé sous la direction du Maire qui a pour objectif de renseigner les administrés sur les risques existant sur le territoire communal, leurs conséquences et les mesures prises pour y faire face.

QU’EST CE QU’UN RISQUE MAJEUR ?

Un risque majeur se définit comme un évènement imprévu et brutal, d’origine naturelle ou technologique, qui entraîne des conséquences importantes pour les personnes, les biens et l’environnement. Deux critères caractérisent le risque majeur : une faible fréquence et une importante gravité

LE PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE

Le PCS est outil un document de gestion de crise qui s’inscrit dans le cadre des pouvoirs de police administrative du Maire. Document opérationnel et obligatoire, il permet aux différents acteurs communaux (élus, services municipaux…) de prévenir et de gérer la crise engendrée par un risque majeur. Le PCS peut-être consulté en Mairie.

QUI FAIT QUOI ?

Le Préfet élabore un document général regroupant toutes les informations sur les risques naturels et technologiques auxquels les communes sont exposées. Ce document constitue le Dossier Départemental sur les Risques Majeurs (DDRM).A partir de ce DDRM, le Préfet met en place une procédure nommée “porter à connaissance” (PAC) qui informe la commune des risques auxquels elle est exposée, leur localisation et les actions de prévention qui ont été menées sur le territoire communal. Le maire est tenu d’informer ses administrés sur les risques majeurs auxquels est soumis le territoire de la commune. Il réalise le Plan communal de sauvegarde (PCS) et le Document d’information Communal sur les risques majeurs (DICRIM).

LE CODE NATIONAL D'ALERTE

En cas d’alerte, vous devez réagir vite et bien.
Il est donc important de prendre connaissance dès à présent des consignes de sécurité à appliquer pour ne pas vous mettre en danger, vous et vos proches.

Savoir reconnaître l’alerte :

Le Système d’Alerte et d’Information des Populations (SAIP) a pour but d’alerter la population en cas de danger immédiat.

La Ville de Saint-Jean-Cap-Ferrat dispose d’une sirène située sur le toit de l’école. Les sirènes sont testées le 1er mercredi de chaque mois, à 12 heures par un signal plus bref, d’environ 1 minute.
Ces sirènes permettent de diffuser une alerte par signal sonore caractérisé par un son modulé : trois cycles d’une minute et quarante et une secondes, séparés par un silence de 5 secondes.
La fin de l’alerte est annoncée par un signal continu pendant 30 secondes.

Attention : Le signal d’alerte ne renseigne pas sur la nature du danger ! Le même signal est émis dans toutes les situations d’urgence.

ALERTE ET INFORMATIONS

Les autres moyens d’alerte et d’information à la population :

  • La Radio
    France Bleu Azur (MHz 94.4) est le partenaire identifié par la Préfecture des Alpes-Maritimes pour relayer l’alerte et diffuser les consignes en cas d’accident majeur.
  • Le système de télé alerte
    un système d’appel en nombre (et/ou sms /mail) permet de déclencer l’alerte sur les téléphones des personnes préalablement répertoriées. Si vous n’êtes pas encore inscrit au système de télé-alerte, contactez la Mairie ou voir page N°27
  • Votre mairie
    le site internet de la commune : www.saint-jean-cap-ferrat.fr
    Vous y trouverez les informations sur l’évolution de la situation et les consignes à suivre. Les haut-parleurs ou ensembles mobiles d’alerte : ils équipent les véhicules de la Police Municipale. Le porte à porte : en fonction de la nature et de l’ampleur du risque, des équipes d’agents municipaux peuvent sillonner les rues afin de diffuser l’alerte et les consignes dans toutes les habitations exposées.

RISQUE : LES FEUX DE FORÊT

Qu’est-ce qu’un feu de forêt ?

On parle de feu de forêt lorsqu’un feu concerne une surface minimale d’un hectare d’un seul tenant et qu’une partie au moins des étages arbustifs et/ou arborés (parties hautes) est détruite. La période de l’année la plus propice aux feux de forêt est l’été, car aux effets conjugués de la sécheresse et d’une faible teneur en eau des sols, viennent s’ajouter les travaux en forêt.

Le risque de feu est plus lié à l’état de la forêt (sécheresse, disposition des différentes strates, état d’entretien, densité, relief, teneur en eau…) qu’à l’essence forestière elle-même (chênes, conifères…).

Le risque feu de forêt sur Saint-Jean-Cap-Ferrat :
Le risque incendie est très important sur la commune et le canton en raison de la densité de la végétation. Tout le monde garde en mémoire le violent incendie, visible depuis la presqu’île, qui a ravagé plusieurs centaines d’hectares à Eze en juillet 1986.

La Villa Ephrussi de Rotschild ainsi que les habitations sur la pointe St Hospice ainsi que sur l’ensemble du Cap Ferrat et tout autour de la corniche sont situées sur des zones sensibles aux incendies de forêt.

MESURES DE PREVENTION PRISES
SUR SAINT-JEAN-CAP-FERRAT

Prévention
Un Plan de Prévention des risques Feux de forêt est prescrit depuis le 16 décembre 2003.
Les mesures générales de prévention visent à empêcher l’éclosion d’un sinistre. Il existe une réglementation sur l’emploi du feu, avec ses périodes rouge (interdiction de brûler du 1er juillet au 30 septembre) orange (du 1er février au 31 mars : période non applicable sur la commune) et verte (qui couvre le reste de l’année).
Le débroussaillement est une obligation. Les arrêtés préfectoraux 2014-452 et 2014-453 du 10 juin 2014 réglementant l’emploi du feu et fixant les règles du débroussaillement obligatoire sont consultables en mairie.

Prévention
Lors des périodes les plus critiques de l’année, on mesure quotidiennement les conditions hydrométéorologiques et l’état de la végétation. La surveillance est assurée par un réseau de tours de guet et de patrouilles de surveillance équipées pour attaquer les départs de feux.

Protection
Des aménagements de terrain peuvent être réalisés sur Saint-Jean-Cap-Ferrat en matière de défense contre l’incendie : création de pistes coupe-feu, installation d’hydrants normalisés (60 m3/h pendant 2 heures), voies de bouclage pour assurer une meilleure sécurité des habitants et des moyens humains et matériels engagés dans la lutte contre les incendies.

RISQUE : INONDATION

Qu’est-ce qu’une inondation ?

Une inondation est une submersion plus ou moins rapide d’une zone habituellement hors d’eau. On distingue trois types d’inondation : l’inondation de plaine avec débordement du cours d’eau en dehors de son lit mineur et/ou remontée de la nappe d’eau souterraine, l’inondation par ruissellement urbain liée à l’imperméabilisation des sols en zone urbanisée et l’inondation par crue torrentielle, liée à des précipitations intenses. Il existe une derniere catégorie d’inondation, qui est plus rare et qui est correspond à la submersion marine. Ce phénomène est très rare et peut-être lié à la manifestation d’un séisme.

Le risque inondation sur Saint-Jean-Cap-Ferrat :
La commune de Saint-Jean-Cap-Ferrat est avant tout concernée par le risque de ruissellement urbain mais également par le risque de submersion marine.
Les secteurs à risque sur la commune sont principalement situés à l’Est, au niveau du port, du Club Nautique et des plages.

Depuis 2000, il y a eu 5 arrêtés CatNat concernant des phénomènes d’inondations et de coulées de boue et 4 pour des phénomènes de chocs mécaniques liés à l’action des vagues. Le dernier CatNat remonte au mois d’octobre 2015.

MESURES DE PREVENTION PRISES
SUR SAINT-JEAN-CAP-FERRAT

Prévention
La maîtrise de l’urbanisation aux abords des cours d’eau s’exprime au travers du POS et/ou PLUM (Plan Local d’Urbanisme Métropolitain en cours d’élaboration), qui prend en compte les zones inondables de la commune.
Afin d’éviter de nouveaux problèmes, des travaux de bassin écrêteur, d’amélioration des vallons naturels et de curage ont été réalisés et ce depuis plusieurs années.

Prévision
Les précipitations, le niveau des nappes phréatiques et des cours d’eau sont surveillés en permanence. En cas de vent violent, le sentier du littoral est fermé au public.

Protection
Des dispositions spécifiques ORSEC (Organisation de la Réponse de Sécurité Civile) « inondations » ont été établies par le Préfet et prévoient l’organisation des secours en cas d’une inondation majeure touchant plusieurs communes.
Au niveau communal, le maire déclenche le plan communal de sauvegarde pour assurer la protection de la population. Un système d’appel en nombre permettant d’avertir les personnes situées en zone inondable en cas de crue a été mis en place.

RISQUE : MOUVEMENT DE TERRAIN

Qu’est-ce qu’un mouvement de terrain ?

Un mouvement de terrain est un déplacement, plus ou moins brutal, du sol ou du sous-sol sous l’effet d’influences naturelles (agent d’érosion, pesanteur, séisme, etc.) ou humaines (exploitation de matériaux, déboisement, terrassement, etc.).

Le risque mouvement de terrain sur Saint-Jean-Cap-Ferrat :
La commune présente un relief accidenté sur la partie Est. Sa géomorphologie et sa géologie la rendent particulièrement sensible aux chutes de blocs et à l’érosion littorale.

La plage des Fossettes et le secteur de Paloma sont les zones à risques sur la commune.

MESURES DE PREVENTION PRISES
SUR SAINT-JEAN-CAP-FERRAT

PRÉVISION
Il est très difficile, pour des raisons autant techniques que financières, de suivre en permanence l’évolution des mouvements de terrain et de disposer de systèmes d’alerte.

PRÉVENTION
En cas de vents violents, le sentier du littoral est fermé au public.

PROTECTION
De nombreux travaux de protection ont été réalisés sur la commune, comme par exemple au niveau de la corniche ou de la promenade Rouvier afin d’assurer une protection contre les chutes de blocs.

RISQUE : SEISME

Qu’est-ce qu’un séisme ?

Un séisme est une vibration du sol transmise aux bâtiments, causée par une fracture brutale des roches en profondeur créant des failles dans le sol et parfois en surface.

La France est divisée en cinq zones sismiques :
– la Zone de sismicité 1 est classée “très faible”
– la Zone de sismicité 2 est classée en “faible”
– la Zone de sismicité 3 en “modérée”
– la Zone de sismicité 4 est classée en “moyenne”
– la Zone de sismicité 5 en “forte” (Guadeloupe
et Martinique).

Le risque sismique au niveau local :
La commune se trouve en zone de sismicité 4, risque moyen. Plusieurs séismes ont été recensés, notamment le séisme du 7 avril 2014, d’une magnitude de 5,1 sur l’échelle de Richter.

MESURES DE PREVENTION PRISES
SUR SAINT-JEAN-CAP-FERRAT

PRÉVISION
Il n’existe, à l’heure actuelle, aucun moyen fiable de prévoir où, quand et avec quelle puissance, se produira un séisme. En effet, les signes précurseurs ne sont pas toujours identifiables. A long terme les prévisions sont basées sur des méthodes statistiques qui analysent la récurrence des séismes dans le temps et dans un lieu donné.

PRÉVENTION
La prévention passe par l’analyse historique, l’observation et la surveillance de la sismicité locale et régionale et des phénomènes précurseurs permettant une prédiction à plus ou moins long terme. Le Bureau Central Sismologique Français (BCSF)
diffuse les données collectées par les sismomètres en temps réel, ce qui permet d’améliorer la connaissance des aléas régionaux, voire locaux.
Des normes parasismiques et un zonage sismique de la région imposent l’application de règles de constructions parasismiques pour les zones les plus exposées et la prise en compte du risque dans les documents d’urbanisme. Les normes parasismiques actuellement en vigueur (PS92) seront remplacées par l’Eurocode 8, ensemble de normes européennes pour la conception, le dimensionnement et la mise en œuvre des bâtiments et des structures de génie civil. L’Eurocode 8 et le nouveau zonage devraient rapidement entrer en application.

La mise en place d’un programme national de prévention : le Gouvernement a engagé entre 2005 et 2010, un programme national de prévention du risque sismique. L’objectif est de réduire la vulnérabilité au risque sismique.

RISQUE : TRANSPORT DE MATIERES DANGEUREUSES (TMD)

Qu’est-ce qu’un risque TMD ?

Le risque de transport de matières dangereuses, ou risque TMD, est consécutif à un accident se produisant lors du transport de marchandises par voie routière, ferroviaire, voie d’eau ou canalisations.
On peut observer trois types d’effets, qui peuvent êtres associés :
une explosion peut être provoquée par un choc avec production d’étincelles (notamment pour les citernes de gaz inflammables), ou pour les canalisations de transport exposées aux agressions d’engins de travaux publics. L’explosion peut avoir des effets à la fois thermiques et mécaniques.
un incendie peut être causé par l’échauffement anormal d’un organe du véhicule, un choc avec production d’étincelles, l’inflammation accidentelle d’une fuite (citerne ou canalisation de transport).
un dégagement de nuage toxique peut provenir d’une fuite de produit toxique (cuve, citerne, canalisation de transport) ou résulter d’une combustion (même d’un produit non toxique).

Le risque TMD sur Saint-Jean-Cap-Ferrat :
La commune est traversée par des axes routiers susceptibles de générer du transport de matières dangereuses. L’axe majeur est la M6098, et dans une moindre mesure toute la commune est concernée par ce risque (livraison de fuel domestique, de gaz, chez les particuliers). Il est important de préciser que la station-service, située à la sortie du pont, est un secteur potentiellement à fort risque tout comme la station pour les bateaux, au niveau du port.
La commune n’a pas connu d’incident significatif ces dernières années.

MESURES DE PREVENTION PRISES
SUR SAINT-JEAN-CAP-FERRAT

RÉGLEMENTATION ET CONTRÔLE
Le transport routier est assujetti à l’arrêté ADR (accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route) : la formation des personnels de conduite, les règles strictes de circulation, l’identification et la signalisation des produits dangereux transportés.

UNE RÉGLEMENTATION appropriée de la circulation dans la commune.

PROTECTION
Différents dispositifs peuvent être mis en place selon le mode de transport :

  • La convention « TRANSAID », signée entre le ministère de l’Intérieur et l’Union des Industries Chimiques (UIC), pour apporter aux autorités responsables des secours aide, expertise et assistance technique spécialisée lors d’accidents de TMD,
  • Le dispositif ORSEC (activé par le préfet) qui intègre des dispositions spécifiques TMD des Alpes-Maritimes.

VIGILANCE METEOROLOGIQUE

LES PHENOMENES CLIMATIQUES DE GRANDE AMPLEUR

Qu’est-ce qu’un phénomène climatique de grande ampleur ?
Il arrive que des phénomènes climatiques généralement ordinaires deviennent extrêmes et aient un impact important pour la sécurité des personnes. Il peut s’agir d’une tempête, d’un vent violent, de la neige, du grand froid, du verglas, de la grêle ou de la canicule.

Les derniers évènements climatiques
Tempête de 1999, canicule de 2003, évènements neigeux en 2010.

MESURES DE PRÉVENTION PRISES SUR SAINT-JEAN-CAP-FERRAT

PRÉVISION
Des cartes de vigilance météorologique sont élaborées chaque jour par Météo France. Les phénomènes couverts par la vigilance météorologique sont : les vents violents, les orages, les pluies, le grand froid, la canicule, les avalanches et les neiges et verglas.

Les médias relayent l’information dès que les plus hauts niveaux d’alerte (orange et rouge) sont atteints.

VIGILANCE CANICULE

Les sensations de crampe, de faiblesse, de fièvre peuvent faire penser au coup de chaleur. Si à ces symptômes s’ajoutent nausées, maux de tête, somnolence, soif intense, confusion, téléphonez rapidement au centre 15

À partir de 60 ans ou en situation de handicap, je peux bénéficier d’un accompagnement personnalisé. Il me suffit de contacter ma Mairie ou mon Centre Communal d’Action Sociale (CCAS).

ATTENTION !
Je suis particulièrement concerné si :

  • Je suis enceinte.
  • J’ai un bébé.
  • Je suis une personne âgée.
  • Je prends des médicaments (je demande conseil à mon médecin ou à mon pharmacien.)

À TÉLÉCHARGER

DICRIM pdf - 4,79 Mo